Anachronique, à l’heure du numérique et de l’automatisation, sa structure métallique est pourtant indissociable du paysage urbain du Grau-du-Roi et solidement ancré dans le quotidien de la cité.

Vu du ciel, le chenal que le pont tournant enjambe, est l’élément central de la ville, mais il est aussi à l’origine de sa fondation. À la fin du XVIè siècle, un torrent du Rhône a ouvert une brèche (appelé un grau) dans le cordon littoral. Ce chenal fut nommé « Grau- Henri » ou « Grau-du-Roi » car c’est le souverain Henri IV qui avait initié les travaux d’aménagement pour protéger le bras de mer des ensablements en le consolidant, afin de permettre aux bateaux d’aller jusqu’au port de commerce d’Aigues-Mortes.

La commune du Grau-du-Roi se développera autour de ce chenal tout au long du XIXème siècle et son activité principale se tournera naturellement vers la pêche. La circulation entre les deux rives se fait alors à l’aide d’un bac qu’il fallait payer. Sous la pression du développement de la ville et du trafic qui s’intensifie, un premier pont est construit en 1901 mais sera emporté par une crue durant une tempête. Pannes à répétitions, travaux permanents, et enfin destruction pas les allemands en 1944… Ses trois successeurs n’auront pas plus de chance, jusqu’à une nouvelle inauguration en 1951. C’est ce pont tournant que nous empruntons encore aujourd’hui et qui attire la curiosité des visiteurs lorsqu’il tourne à heure fixe, de jour comme de nuit, pour laisser les chalutiers et navires de plaisance, entrer ou quitter le chenal maritime.

Information auprès de l’Office de Tourisme Le Grau-du-Roi
04 66 51 67 70

Crédit photo © DR