Design des sixisties

Une oasis parsemée de pyramides de béton. Une architecture visionnaire et moderne consacrée en majorité de végétation : La Grande-Motte, imaginée par Jean Balladur architecte et philosophe et Pierre Piller, paysagiste, est une station balnéaire à la pointe de l’avant-garde. Pouvez-vous imaginer que les immeubles qui composent cette ville ont une signification particulière ? Inspirée des pyramides aztèques, leur modélisation n’a rien d’aléatoire. Ces bâtiments grouillent d’anecdotes et de secrets en tout genre. Véritables protecteurs de végétation contre les vents marins, ils sont aussi, d’après l’architecte, la recréation de reliefs artificiels qui suivent le courant de l’eau. Bonnets d’évêques et conques de Vénus, voici les deux formes architecturales que l’on retrouve respectivement dans les quartiers du Levant et du Couchant de la ville. La Grande-Motte n’est pas connue seulement pour son architecture étonnante (bien qu’elle possède le label Patrimoine du XXème siècle) mais aussi pour sa dimension végétale. Une ville jardin, avec un engagement en faveur du développement durable et composée d’environ un tiers de végétation, qui offre aux habitants, promenades et places ombragées. Cette végétation regroupe mille et une espèces végétales de la région ! Thym, romarin, oliviers, lavande, une flore qui résiste au climat méditerranéen. Ville ou nature ? Plus besoin de faire un choix, l’équilibre est là !

Ne manquez pas la visite de « la Grande Motte : un jardin en bord de mer » le 27/04 de 15h30 à 17h 30
Renseignements et inscription : Office de Tourisme La Grande-Motte – 04.67.56.42.00 – lagrandemotte.com

© C. Baudot